Aqueducs Romains

Rome fut la première civilisation à avoir un réseau d'eau potable développé dans ses villes. Les Romains avaient des fontaines, des bains publics et privés, des toilettes (latrines) et un réseau d'égouts développé ce qui est vraiment remarquable pour l'époque. Suite à l'effondrement de l'Empire romain, les villes européennes eurent un tel accès facile à de l'eau potable seulement des siècles plus tard.

Les aqueducs étaient construits pour amener de l'eau provenant de sources souvent lointaines dans les villes et les villages. L'eau était ensuite utilisée pour alimenter les fontaines (que les gens utilisaient pour s'approvisioner d'eau), les jardins, les bains publics, les latrines et les maisons (de nombreuses maisons avaient leurs propres latrines et leurs propres bains). L'eau des aqueducs était aussi utilisée dans l'agriculture et dans l'industrie: elle était utilisée pour irriguer les terres, pour l'exploitation minière, le fraisage, etc.

Les aqueducs servaient à garder les villes propres grâce à un système d'égouts développé. Ils servaient aussi à garder les gens propres: les Romains de toutes les classes sociales se baignaient dans les bains publics et il n'était pas rare alors de se baigner tous les jours. La journée de travail durait six heures et de nombreux Romains allaient aux bains publics dans l'après-midi pour se détendre et pour socialiser.

Comment les anciens aqueducs romains étaient construits

Les aqueducs étaient vraiment un exploit d'ingénierie. Les gens de l'étranger ou des villages venaient à Rome, et voyaient ces arches géantes qui s'étiraient sur des kilomètres et étaient vraiment impressionnés! La technologie impliquée dans la construction de ces aqueducs était aussi tout à fait remarquable. Les aqueducs n'utilisaient pas des pompes, mais seule la gravité. Ils étaient construits de facon à avoir une légère pente descendante et parfois ils s'allongeaient sur plus de 100 kms! Les ingénieurs utilisaient des outils tels que le chorobates pour vérifier l'inclination de la pente.

aqueduct of segovia

L'aqueduc de Segovia

La plupart des aqueducs étaient construits sous la surface (de 0,5 à 1 mètre en-dessous), mais lorsqu'ils atteignaient les vallées et les environs des villes, ils prenaient la forme de grandes arches qui s'elevaient au-dessus du sol. Un grand nombre de tuyaux étaient en plomb. Les Romains connaissaient déjà le probleme de l'empoisonnement par le plomb et c'est pourquoi la céramique et la pierre étaient souvent préférées au plomb. Les Romains construisaient aussi des réservoirs géants à intervalles de manière à réguler l'approvisionnement en eau. Les aqueducs étaient assez fiables si l'on prend en compte le fait que certains sont encore intacts aujourd'hui (comme le Pont du Gard en France et l'aqueduc de Ségovie en Espagne). La raison pour laquelle ils ont cessé d'être utilisés est que beaucoup furent détruits ou n'étaient plus maintenus après l'effondrement du Empire romain d'Occident. Le premier aqueduc fut construit en 312 avant J.C., l'Aqua Appia, alors que Rome souffrait d'une pénurie d'eau. Avant la construction de cet aqueduc, les gens utilisaient les sources locales, les puits publics et privés, et les citernes sur les toits qui recueillaient l'eau de pluie. L'Aqua Appia utilisait une source située 16,4 kms de Rome et fournissait en eau le marché principal au centre de la ville. La deuxième aqueduc "le Vieux Anio" fut construit 40 ans plus tard. Le troisième aqueduc s'appelait l'Aqua Marcia et fut construit en 144-140 avant J.C.. C'était le plus long aqueduc de Rome.

Un grand nombre d'autres aqueducs furent construits surtout durant l'Empire romain. Au 3ème siècle après J.C., Rome avait onze aqueducs. La qualité de l'eau fournie par ces aqueducs variait: certains fournissaient une eau d'excellente qualité tandis que d'autres étaient sujettes à de l'eau boueuse en particulier après de fortes pluies. Les aqueducs devaient être maintenus certains avaient des fuites au fil des ans ou avaient des débris qui s'accumulaient dans les conduits. Il y avait des points d'accès à intervalles réguliers pour les conduits souterrains. Il y avait aussi le problème des branchements illégaux sur les aqueducs.

Les aqueducs utilisés pour des usages privés, agricoles et industriels

Les utilisateurs privés avaient des tuyaux qui reliaient leur propriété aux aqueducs. Ils devaient avoir un permis et ils étaient facturés en fonction de la largeur des tuyaux. Les tuyaux avaient des inscriptions qui contenaient des informations sur: le fabricant du tuyau, l'installateur, l'abonné et ses droits. Les branchements illégaux était communs. Les responsables de l'aqueduc ou les travailleurs étaient soudoyés afin que les tuyaux soient élargis ou illégalement reliés à l'aqueduc. Les branchements illégaux pouvaient être punis par la saisie des biens. Mais la loi était rarement appliquée. Les Romains très riches achetaient des droits d'accès à l'eau d'une source et construisaient leurs propres aqueducs reliant la source à leur villa!

roman lead pipe

Tuyau romain avec des inscriptions - Science Museum

Les aqueducs étaient également utilisés dans l'agriculture. Les agriculteurs qui ne disposaient pas de l'accès à une source ou à une rivière pouvaient s'acheter une licence pour prendre une quantité spécifique d'eau. L'eau était utilisée pour irriguer les terres, mais aussi pour le bétail. La licence était très difficile à obtenir, surtout dans les campagnes. Les branchements illégaux pouvait être punis par la saisie des biens (la terre ou les produits de la terre), mais la loi était rarement appliquée car l'augmentation de la production dans les fermes permettait de garder bas les prix des denrées alimentaires. Plutôt que de saisir les avoirs, les autorités taxaient les produits des fermes.

Les aqueducs avait également des utilisations industrielles en particulier dans le secteur minier. Des canaux pentus étaient creusés de manière à livrer de grandes quantités d'eau à haute pression dans les mines. L'eau était utilisée pour laver la roche et pour exposer le minerai (la méthode du "hushing") et pour faire tourner des machines qui traitaient le minerai. Des traces de ces mines peut être trouvés à Rome, Athènes, en Espagne, en Dolaucothi au Pays de Galles et en Barbegal à Fontvieille, France.

Faits incroyables sur les aqueducs romains
  • Les aqueducs romains fournissaient plus de 1 million de mètres cubes d'eau par jour quand Rome avait une population de 1.000.000 d'habitants environ. Cela représente plus de 120% de la quantite d'eau fournie par la ville de Bangalore aujourd'hui, une ville d'une population de 6.000.000 d'habitants.
  • La qualité de l'eau pouvait varier en fonction de l'aqueduc, il y avait des aqueducs qui étaient connus pour leur eau d'excellente qualité.
  • Les Romains pouvaient acheter une licence pour connecter leur propriété à un aqueduc (le coût de la licence était en partie basée sur la largeur du tuyau).
  • Les branchements illegaux et la corruption des fonctionnaires qui s'occupaient des aqueducs (surtout par les citoyens romains riches) était chose commune.
  • Quelques Romains très riches avaient leurs propres aqueducs directement reliés à des sources.
  • Les aqueducs faisaient tourner des machines qui traitaient le minerai.

REFERENCES

  • The Oxford Handbook of Engineering and Technology in the Classical World (J.P. Oleson, Oxford University Press, 2012)
  • On Architecture (Vitruvius, Penguin Classics, 2009)
  • Ancient Water Technologies (L. Mays, Springer, 2010)
  • Gardens and Neighbors: Private Water Rights in Roman Italy (C. Bannon, University of Michigan Press, 2010)
  • Aqueducts of Rome (Frontinus, Harvard University Press, 1925)
  • Roman Aqueducts and Water Supply (A. T. Hodge, Bristol Classical Press, 2002)

THEMES SIMILAIRES



Retour des Aqueducs Romains à la Page d'Accueil


Nouveaux Commentaires

Si vous voulez corriger cette page ou tout simplement laisser un commentaire, s'il vous plaît faîtes-le dans la boite ci-dessous.